Commune de Pannecières du Loiret 45300

Le site de la commune de Pannecieres 45300 Region Centre


    HISTOIRE DES MURS

    Partagez
    avatar
    Administrateur
    Admin

    Messages : 22
    Date d'inscription : 09/10/2012
    Age : 53
    Localisation : Pannecières

    HISTOIRE DES MURS

    Message  Administrateur le Lun 11 Mar - 14:37

    Dans la commune, certains murs anciens se présentent ainsi :


    La plupart de ces murs sont constitués :
    - de deux parements de pierres calcaires de formes et de tailles variées avec une face plus ou moins
    aplatie (dressée) tournée vers l’extérieur du mur.
    - d’un remplissage de pierres calcaires plus grossières (moellons), ici aussi de différentes tailles, et de
    cailloux
    - de terre (terre argileuse plus ou moins enrichie de chaux ?).
    Les pierres sont calées les unes avec les autres et les espaces qui restent entre elles sont colmatés avec
    de la terre.

    Intérieur d’un mur démoli

    Pour donner de la cohésion au mur, certaines pierres, plus allongées que les pierres de parement, sont
    disposées en boutisse, c’est-à-dire posées en travers du mur avec un de leurs bouts comme parement.
    Certaines de ces boutisses traversent même toute l’épaisseur du mur afin de solidariser ses deux faces ;
    ce sont des boutisses traversantes (ou boutisses parpaignes ou parpaings).


    Ce sont ces boutisses qui dépassent des façades du mur.




    Ce mur, ventru, s’est éboulé à l’endroit qui n’avait pas de boutisse dans les années 90

    Une fois un mur construit, avec le temps il se peut qu'il "prenne du ventre". Pour le renforcer localement
    on utilisait alors des renforts métalliques (forgés ou non) en forme de X, de Y ou de S.

    En voici quelques exemples photographiés dans la commune :









    Et les petits trous dans le mur ?
    Ce sont des trous de boulins...



    Ces trous, servaient, au moment de la construction, à glisser une pièce de bois ou boulin, qui dépassait
    de chaque côté du mur. Sur ces boulins on disposait des planches afin d’obtenir un échafaudage.
    D’autres pièces de bois devaient, sans doute, soutenir l’extrémité des boulins comme on peut le voir sur
    le site « Guédelon, une grande passion »

    Des esprits observateurs n’ont pas manqué de noter la présence, à première vue insolite, de nombreuses
    pierres en légère saillie sur le parement de maçonneries rustiques en diverses régions : Beauce,
    Bretagne, Charente, Béarn, Limousin, Auvergne, Bourgogne, Lorraine, etc. Ces pierres saillantes sont
    visibles le plus souvent sur des pignons mais aussi parfois sur des gouttereaux, les uns comme les autres
    généralement dépourvus de percements et d’enduit et ne faisant pas fonction de façade. Elles peuvent
    être disposées sans ordre apparent ou sur une ou plusieurs assises. Dans ce dernier cas, elles sont
    placées à intervalles réguliers. Une maçonnerie ruinée comportant de telles pierres saillantes révèle qu’il
    s’agit de boutisses parpaignes, c’est-à-dire de pierres faisant toute l’épaisseur du mur et liant les deux
    parements entre eux.
    Négligeant ou ignorant la nécessité purement constructive de cette particularité, divers auteurs
    d’ouvrages de plus ou moins bonne vulgarisation se sont risqués, ces dernières années, à un certain
    nombre d’hypothèses pour expliquer ce qu’il considéraient peu ou prou comme une énigme (1).
    Mur-gouttereau en assises de petits moellons d’un
    vaste bâtiment rural; quatre rangées de boutisses
    saillantes y sont visibles (d’après Suzanne Jean).



    Un mur, rue de l’église
    Pourquoi certaines pierres dépassent-elles ainsi ?
    1. LES INTERPRÉTATIONS PSEUDO-TECHNIQUES

    Un premier registre d’hypothèses fait intervenir des raisons techniques qui, à l’analyse, se révèlent
    erronées.

    1.1. DES POINTS D’APPUI POUR LA POSE D’ÉCHAFAUDAGES ?

    L’idée a été avancée que ces saillies étaient laissées intentionnellement pour permettre la fixation d‘un
    échafaudage lors d’une éventuelle réfection. Cela ne parait pas correspondre à ce que l’on connaît des
    échafaudages et de leur pose : ceux-ci sont constitués principalement de boulins ou poutres
    perpendiculaires aux murs, dont la pose nécessite non pas des saillies mais des encastrements ou trous
    de boulins, disposés à intervalles réguliers sur plusieurs lignes horizontales. Si le mur n’est pas destiné à
    être crépi, des orifices de section carrée sont laissés tels quels une fois le mur terminé et les boulins
    déposés. Si, au contraire, le mur doit être crépi, l’emplacement des trous de boulins est marqué d’une
    croix qui servira de repère pour les réfections ultérieures. Il semble donc qu’il y ait, dans cette
    interprétation, confusion entre saillies et trous de boulins.



    1.2. DES PIERRES D’ATTENTE POUR L’ANCRAGE D’UN BÂTIMENT MITOYEN ?

    Dans le même ordre d’idées, une autre interprétation veut voir, dans les pierres laissées en saillie sur les
    murs-pignon, un moyen de mieux ancrer un bâtiment contigu. Las, la saillie de ces pierres est souvent
    trop faible (de 5 à 15 cm) pour permettre un liaisonnement efficace avec une quelconque maçonnerie
    projetée. En réalité, ce rôle est dévolu non pas aux pignons mais aux gouttereaux ou murs de rive, dont
    seules les extrémités ou rencontres avec les pignons présentent des pierres laissées en attente une assise
    sur deux.
    On constate rapidement, quand on regarde un mur de maison ou de grange en pierre, qu'il y a des trous
    et des pierres qui dépassent sur les pignons.
    Les amateurs de mots croisés connaissent bien les trous : ce sont les trous de boulins. Lorsque le mur est
    achevé, les maçons retirent leur échafaudage en bois qu'ils y avaient fixé : cela laisse ces trous que l'on
    laisse totalement ouverts sur une grange, pour que l'air circule et sèche le grain, ou que l'on bouche de
    l'intérieur sur une maison.
    Les pierres qui dépassent sont des boutisses, ou pierres parpaignes. Elles sont indispensables dans la
    construction d'un mur. Pour monter un mur, le maçon utilise des pierres de toutes tailles, parfois très
    petites. S'il se contentait de les empiler, le mur ne tiendrait pas longtemps : il s'ouvrirait en deux. Pour
    éviter cela, il met de grandes pierres qui font toute la largeur du mur, pour assurer la couture du mur en
    épaisseur.
    Elles dépassent donc, et on ne les taille pas pour les aligner au mur pour plusieurs raisons : d'abord, si
    l'on souhaite agrandir, ou ajouter une grange sur un mur existant, on "accroche" le nouveau mur à
    l'ancien sur ces boutisses, un peu comme un puzzle. Cela évite que les deux murs ne s'ouvrent.
    Et surtout, si vous voyez que votre maçon fait dépasser ces pierres, cela vous rassure sur la solidité de
    votre mur ; pour féliciter le maçon de son bon travail, vous lui posez une bouteille sur chaque pierre qui
    dépasse !
    On raconte d'ailleurs que des maçons pas trop courageux mais assoiffés, plaçaient des bouts de pierres
    de sorte qu'ils dépassent, juste pour avoir la bouteille !

      La date/heure actuelle est Mer 29 Mar - 3:13